La meilleure alternative pour remplacer les cotons-tiges

Il y a quelques semaines, je te présentais les cotons-tiges réutilisables Last Swab sur Instagram. En réalité, cela fait déjà 2 ans que je n’utilise plus du tout de cotons-tiges jetables. J’ai commencé à les remplacer, un peu par hasard, par l’oriculi.

Je débutais ma transition vers un mode de consommation plus responsable et orienté zéro déchet quand j’ai acheté un démaquillant solide et des cotons lavables sur le site Le Petit Carré Français. Malheureusement, le démaquillant est arrivé tout fondu dans le colis (sûrement à cause d’un problème d’exposition à la chaleur). Pour s’excuser, la marque m’en a renvoyé un nouveau et m’a offert un oriculi en cadeau. J’étais très contente, c’était l’occasion de sauter le pas ! Je ne sais pas si j’en aurai acheté un moi-même. J’en avais déjà entendu parlé mais pour être honnête, au début je trouvais ça un peu bizarre de se mettre un petit bout de bois dans l’oreille. Avec le recul, je trouve que cet outil est très bien fait et très pratique !

Je voulais rappeler dès le début de cette revue que la nature et le corps humain sont des choses bien faites. Le cérumen a une raison d’exister, puisqu’il forme une protection pour l’intérieur de l’oreille. On peut retirer le surplus mais il faut faire attention à ne pas tout retirer en nettoyant ses oreilles avec acharnement ou trop souvent. Un médecin m’avait même dit que passer un peu d’eau sur ses oreilles pendant la douche et frotter l’extérieur avec du savon suffisait amplement, pour ne pas risquer d’endommager l’intérieur avec un coton-tige.

C’est pour ça que j’ai toujours fait attention avec les cotons-tiges et que j’en ai naturellement fait de même en testant l’oriculi pour la première fois. Son embout recourbé permet de récolter facilement le surplus de cérumen dans l’oreille, pas besoin de l’enfoncer très loin. Maintenant je suis habituée et j’ai vraiment la sensation d’avoir les oreilles propres après utilisation. Cette alternative me convient parfaitement car ça m’a aussi permis de diminuer les déchets dans ma salle de bains. Je l’utilise une à deux fois par semaine (pas plus), en général après un shampoing. Après chaque passage dans l’oreille, je nettoie l’oriculi en le passant sous l’eau et je le range dans une petite pochette, où j’y mets aussi mes cotons démaquillants lavables, pour le garder dans un endroit bien propre.

Mon copain, lui, a eu plus de mal. Il trouvait la sensation dans l’oreille désagréable par rapport aux cotons-tiges classiques. C’est pour ça que j’ai commencé à m’intéresser aux autres alternatives. Je voulais trouver une solution pour qu’on puisse tous les deux réduire nos déchets à la maison.

J’ai découvert la marque Last Swab sur le e-shop Cracotte de Léa (alias Jenesuispasjolie) mais j’ai préféré passer commande directement sur le site de la marque pour réduire le nombre d’intermédiaires — c’est d’ailleurs une astuce que je peux te donner pour consommer mieux.

Last Swab propose des cotons-tiges, certes en plastique, mais réutilisables à l’infini, rangés dans un boîtier hygiénique et coloré. Il en existe deux types : une version classique avec des petits picots sur les embouts arrondis pour se nettoyer les oreilles et une version beauté avec des embouts à surface mi-lisse mi-rugueuse, dont un en forme de pointe. C’est vrai qu’en me maquillant, il m’arrivait souvent de corriger des petits détails avec un coton-tige et c’est quelque chose qui me manquait depuis que je suis passée à l’oriculi. Cette version est très pratique, voire même plus pratique qu’un coton-tige classique grâce à l’embout pointu qui permet de gagner en précision. Je suis totalement conquise ! Quant au coton-tige pour les oreilles, j’ai beaucoup alterné ces derniers temps avec l’oriculi pour essayer de savoir ce que je préférais. La version Last Swab est beaucoup plus proche du coton-tige classique et agréable dans l’oreille. Ce sont les petits picots qui permettent de récolter le surplus de cérumen. Comme l’oriculi, un simple rinçage à l’eau permet de le garder propre. Il a en plus l’avantage d’être vendu avec son étui, ce qui est assez hygiénique.

Aujourd’hui, je pense que je préfère l’oriculi mais je vais continuer d’utiliser les deux jusqu’à ce que mon avis soit tranché (ou en fonction de mon humeur). Si tu es à la recherche d’une alternative écoresponsable pour remplacer les cotons-tiges classiques, je te conseille de commencer par la version de Last Swab, qui sera plus proche de ce que tu connais déjà. D’ailleurs, mon copain l’a totalement adoptée et je crois qu’il a laissé tomber l’oriculi. Si en revanche tu préfères complètement éradiquer le plastique de ta salle de bains, l’oriculi est un bon choix. Enfin, comme je le disais plus haut, tu peux aussi choisir de rincer tes oreilles simplement à l’eau lorsque tu prends ta douche.

Alors, quelle solution te convient le mieux ? Si tu connais d’autres alternatives que je n’ai pas évoquées ici, n’hésite pas à me le dire en commentaire !

Les bienfaits de la soie : j’ai testé les chouchous Chillsilk

Les bienfaits de la soie

Tu l’as sûrement remarqué dernièrement, la soie a la côte. La meilleure alliée pour tes cheveux et même pour ta peau. De nombreuses marques se sont notamment développées sur le marché de la taie d’oreiller en soie. Il est vrai que la soie est un tissu doux et noble qui présente quelques avantages par rapport au coton (et tissus synthétiques) qui favorise les frottements et peut dessécher la peau. Par exemple, le coton a tendance à absorber les soins et crèmes appliqués avant de dormir. Les frottements peuvent contribuer à la formation de plis et de ridules sur le visage et fragiliser les cheveux et les rendre cassants.

Pour ma part, j’ai commencé à me renseigner sur les taies d’oreiller en soie il y a plus de 6 mois mais je trouve que ça reste très cher (entre 30 et 60€ la taie d’oreiller). Je me suis même rendue dans un magasin de tissus pour acheter de la soie au mètre et demander à ma belle-mère qui a des talents de couturière de confectionner des taies. Mais je n’ai pas trouvé de soie. La vendeuse m’a tout de suite dit que ça allait être difficile d’en trouver à la découpe et que ça reviendrait assez cher. En revanche, elle m’a fait part d’une alternative moins onéreuse : le satin. Le satin n’est pas un tissu mais une technique de tissage. Il existe donc du satin de soie, de coton, de laine et tout types de tissus. J’ai finalement opté pour des taies d’oreillers en satin 100% coton, commandées sur La Redoute. Ça m’est revenu à 60€ pour 3 taies d’oreillers. J’en suis assez contente mais j’avoue ne pas avoir remarqué de net changement depuis que je les utilise.

Mon avis sur ChillSilk

Il y a quelques semaines, Pauline Torres présentait sur son compte Instagram l’une de ces marques proposant des produits en soie, nommée Chillsilk. C’est une marque française basée à Nîmes dont les produits sont fabriqués en Chine et qui dispose du label Oeko Tex, garantissant l’absence de produits chimiques nocifs pour la santé dans les tissus. Mon porte-monnaie n’était toujours pas prêt à franchir le cap de la taie d’oreiller en soie (elles sont proposées à 59€ sur le site) mais j’ai été attirée par d’autres produits : les chouchous.

Délaissés pendant près de 20 ans, les chouchous font leur grand retour parmi les accessoires de mode. Je me souviens encore quand ma mère me faisait un palmier sur la tête avec un gros chouchou. Ils ont cédé leur place aux élastiques, de plus en plus fins et discrets, avec puis sans jointure métallique et enfin l’élastique ressort en plastique qui n’abîme pas les cheveux ! J’étais passée sur cette version depuis plusieurs années. C’est vrai qu’avec ces élastiques en forme de ressort, fini les cheveux coincés et arrachés en défaisant son chignon ou sa queue de cheval.

Je m’attache rarement les cheveux, principalement pour dormir ou pour faire du sport. Alors je me suis dit, pourquoi pas combiner la taie d’oreiller en satin avec un chouchou en soie.

J’ai choisi un lot de 3 chouchous pour 30€ et j’ai pu bénéficié de 20% de réduction grâce au code promo de Pauline (je ne sais pas s’il est toujours actif mais au cas où ça t’intéresse, c’était PAULINE20). J’ai reçu ma commande peu de temps après, très joliment emballée dans un papier de soie (évidemment), accompagnée d’une petite carte.

Depuis, je ne m’attache les cheveux qu’avec ces chouchous ! Je les trouve très jolis, il donne tout de suite un air plus élégant à une coiffure faite à la va-vite. Ils sont très doux, agréables à porter et glissent sur les cheveux quand on les retire. On sent bien que la soie respecte le cheveu, j’ai remarqué une nette différence de ce côté-là par rapport aux élastiques en forme de ressort.

En revanche, j’ai noté quelques inconvénients par rapport à ces derniers. Ils sont plus volumineux, ce qui peut devenir un vrai accessoire de mode au poignet, mais personnellement je ne suis pas fan. Je me suis risquée plusieurs fois à le salir en faisant la cuisine ou la vaisselle. Je préfère dans ces cas-là un petit élastique discret qui se confond avec un bracelet pour pouvoir toujours m’attacher les cheveux en cas de besoin. J’ai aussi remarqué qu’ils pouvaient se détendre assez vite. Mon chouchou rose s’est détendu dès les premiers jours (j’avais peut-être fait trop de tours pour bien serrer). Depuis, j’alterne bien entre les trois pour leur laisser un peu de repos. Les deux autres semblent avoir gardé leur tenue. C’est vrai qu’avec les élastiques en ressort, il y avait l’avantage de pouvoir les resserrer en les laissant dans l’eau chaude, ce qui leur donnait une durée de vie est assez impressionnante !

Ces inconvénients restent assez minimes pour moi car aujourd’hui je préfère toujours trouver une alternative au plastique. En plus, j’ai vu qu’ils faisaient aussi des mini chouchous. Je pense que ce format me conviendra mieux et je n’hésiterai pas à commander à nouveau sur le site.


J’espère que cette revue sur la soie t’a plu ! J’ai essayé d’être la plus complète possible. N’hésite pas à me dire en commentaire si tu as appris des choses et ce que tu penses des accessoires en soie pour prendre soin de la peau et des cheveux.

Tu connaissais la marque Chillsilk ? Des avis ?

Savon ou gel douche solide ? J’ai testé Unbottled

Je t’en ai parlé récemment dans un article sur ma douche zéro déchet, depuis deux ans, je n’utilise plus que des savons solides et naturels sous la douche.

Il y a quelques mois, j’ai découvert la marque Unbottled sur le compte de Transition Green. C’est un compte plein de bonne humeur et de bonnes vibes que j’adore, tenu par mon amie Margaux, pour une transition écologique en douceur et adaptée à chacun.

Au début, j’étais vraiment intriguée par cette marque qui présentait son produit comme un « gel douche sans bouteille ». Je ne comprenais pas cette appellation alors que le produit ressemblait tout simplement à un savon solide classique. Comme je n’aime pas rester sans réponse à mes interrogations, j’ai sauté le pas pour tester et me faire mon propre avis. J’ai acheté le « gel douche sans bouteille » pour le corps à l’avoine et à l’amande douce (dispo ici). La compo est hyper clean, à base d’huile d’amande douce bio, d’huile et de son d’avoine et d’un parfum 100% naturel. Il ne contient pas d’huile de palme, d’huile essentielle ni d’allergène et est certifié vegan.

Sur les réseaux, je voyais aussi que son odeur en avait conquis plus d’un.e.s ! En effet, j’ai reçu un colis embaumé. Mais au départ, je ne savais pas trop quoi en penser… Ça me rappelait l’odeur de pâte à modeler de quand on était petit… Est-ce que j’avais vraiment envie de me laver à la pâte à modeler ?

En tout cas, j’ai adoré le colis avec ses petits jeux de mots et de manière générale, j’aime beaucoup la communication décalée de la marque. N’oublie pas de me suivre sur Instagram si tu veux suivre mes unboxings en temps réel 😉

J’ai attendu de terminer le savon que j’avais déjà avant d’utiliser celui-ci. Quand je l’ai ressorti, l’odeur m’est revenue tout de suite au nez et j’ai commencé à l’apprécier. Lors de la première douche, j’ai tout de suite été bluffée par la mousse. Il mousse directement au contact de l’eau et de la peau. C’est là que j’ai compris tout le sens de le nommer gel douche et non savon. D’ailleurs, c’est aussi parce qu’en réalité, il ne contient pas de savon (comme un véritable gel douche) !

Douche après douche, je suis de plus en plus fan de ce produit et de son odeur qui reste sur la peau tout au long de la journée. En plus, il laisse la peau vraiment douce et exfolie en douceur grâce aux petits grains de son d’avoine. Bye-bye l’effet rêche des savons habituels. Si tu es encore sceptique sur le fait de passer au savon, je pense que c’est vraiment une bonne alternative. Et évidemment, c’est made in France !

Pour ma part, quand j’aurai terminé celui-ci, je sais que j’en rachèterai ! Soit un bloc de trois, soit je me laisserai tenter par l’odeur abricot et karité… J’aime beaucoup le concept de vendre les produits en barre et de pouvoir les séparer à l’unité. Encore une idée originale !

Crédits photo : unbottled.co

Alors, convaincu.e par la douche zéro déchet ? Quelles sont tes marques naturelles préférées ?

Ma première expérience en cosmétique maison

Aujourd’hui, je t’emmène dans les coulisses de ma petite vidéo Instagram sur la réalisation d’une crème hydratante maison.

Tu l’as peut-être remarqué, je suis en pleine transition écologique. J’essaye de réduire ma consommation en générale mais aussi ma consommation de plastique en choisissant des alternatives, notamment les cosmétiques naturels et solides. Mes proches l’ont bien compris ! J’ai reçu deux kits de fabrication de produits maison à Noël : la lessive et les cosmétiques.

La semaine dernière, je me suis lancée pour fabriquer une crème douceur pour peaux fragiles. C’est mon copain qui m’a demandé de lui fabriquer cette crème. Il n’est pas du genre à acheter des cosmétiques mais il aime tout ce qui est fait maison et naturel. Il a choisi une recette pour hydrater les couches supérieures de l’épiderme et atténuer les éventuelles rougeurs.

La crème est à base de macérât huileux de calendula et d’hydrolat de camomille romaine. Les autres ingrédients qui la composent sont un émulsifiant, une fragrance naturelle et un conservateur. Je pensais pouvoir trouver tous ces éléments en boutique bio, notamment au Biocoop près de chez moi, mais pas du tout… J’ai donc décidé de tout commander sur le site d’Aroma Zone dont j’avais déjà entendu beaucoup de bien il y a des années (notamment pour les huiles naturelles et bio pour les cheveux).

Étant donné que c’était une grande première pour moi, je me suis beaucoup fiée aux avis et aux conseils sur le site pour choisir au mieux les ingrédients. Il est très bien fait et très complet. Les fiches produits sont bien détaillées avec des explications sur la provenance et l’utilisation des ingrédients mais aussi des exemples de recettes. Je sais que pour les prochaines fois, je pourrais trouver des idées recettes directement sur le site.

J’ai opté pour la cire émulsifiante n°1 (aussi connu sous le nom de Polawax) car elle permet de faire des crèmes onctueuses et plutôt épaisses, c’est ce que je recherchais. Ça se présente sous la forme de petites pastilles dure à faire fondre. Pour le conservateur, j’ai pris un conservateur naturel obtenu à base de fermentation de radis qui s’appelle le leucidal, car il est adapté à la conservation de produits destinés aux peaux sensibles. Enfin, j’ai choisi une fragrance naturelle miel et cire d’abeilles car je voulais quelque chose d’assez neutre et j’aime bien les odeurs sucrées.

Une fois tous les ingrédients réunis, c’est parti pour commencer la recette ! Première étape : faire chauffer séparément les ingrédients aqueux (hydrolat de camomille) et huileux (macérât huileux de calendula). Mais… N’est pas chimiste qui veut ! Je me suis trompée dans les premières doses et j’ai dû m’y reprendre à 3 fois car je n’arrivais pas à faire fondre la cire émulsifiante dans le macérât huileux. J’ai confondu les ml et les cl… Heureusement que j’avais pris des grands flacons pour pouvoir refaire plusieurs fois la recette.

Une fois l’émulsifiant fondu, il faut mélanger ensemble les deux préparations tout en les faisant refroidir, puis remuer. Remuer, remuer et encore remuer, jusqu’à obtenir une texture crème. J’adore faire la cuisine mais j’ai l’habitude du batteur électrique. Là, je peux te dire qu’à la main avec le mini fouet, ça fait les bras ! Je n’ai pas réussi à obtenir une texture crème blanche comme indiqué sur la recette. J’avais beau mélanger et fouetter, ma crème restait jaune même après avoir obtenu une texture onctueuse. Une fois que la texture me plaisait, j’ai ajouté quelques gouttes de conservateur et de fragrance. Enfin, j’ai versé la crème dans des petits pots en verre pour la conserver. Trois petits pots étaient fournis avec mon kit. Je pensais qu’une recette équivalait à un pot mais en réalité j’ai réussi à remplir les trois… Un avec mon deuxième essai que je pensais raté et qu’on a finalement pu rattraper et les deux autres avec mon troisième essai réussi.

Ma commande d’ingrédients m’a couté 26€70, sachant que je peux tous les réutiliser pour au moins une autre préparation. Je pense que la cire émulsifiante, le conservateur et la fragrance naturelle peuvent me servir encore pour une dizaine de recettes. Je trouve que le rapport qualité/prix est très correct. En plus, avec trois petits pots, je pense qu’il y en a pour plusieurs mois avant de tout écouler.

Pour le moment, nous n’avons pas remarqué une nette atténuation des rougeurs ou amélioration de la qualité de la peau mais ça ne fait qu’une semaine. Je pourrais éventuellement faire un édit de cet article pour te tenir au courant. Ce que je peux te dire en revanche, c’est que l’odeur n’est pas géniale… Même avec quelques gouttes, elle est assez forte et elle reste bien sur la peau. Elle n’est pas aussi miellée et sucrée que ce à quoi je m’attendais, je pense que les notes de cire d’abeille sont dominantes. A l’avenir, je m’orienterai plutôt vers une odeur florale ou fruitée, plus douce, et je doserai avec plus de parcimonie.

Prochaine recette prévue : un baume à lèvres au beurre de karité.

N’hésite pas à me dire si tu aimes ce format et si ça t’intéresse d’échanger sur la cosmétique maison ! Tu as déjà essayé de fabriquer tes propres produits de beauté ?

Ma douche zéro déchet

Je te présente aujourd’hui la marque qui m’a initié au zéro déchet, j’ai nommée Les Savons de Joya, que j’ai testée et adoptée depuis l’été 2019 ! L’entreprise a été créée par la famille de mon amie Marine. Tous les produits sont bio et fabriqués de manière artisanale à côté de Caen, ma ville d’origine.

Ce sont des produits qui ont complètement intégré notre quotidien à la maison. Tous les contenants sont rechargeables.

De gauche à droite, découvre :

🌿 Le shampoing sec, aux huiles essentielles de pamplemousse. Il est plutôt léger mais très efficace entre 2 lavages pour espacer les shampoings. L’odeur est plus agréable que les odeurs chimiques qu’ont connaît habituellement sur ce type de produits. J’ai une recharge mais je ne l’ai pas encore utilisée car il se vide moins vite que ce que je pensais !

🌿 Le dentifrice solide, menthe ou charbon, dans sa boîte en métal. Nous utilisons les deux. Ils ont chacun leur effet. J’ai une préférence pour celui à la menthe pour une haleine fraîche car celui au charbon est très neutre. Mais il laisse une sensation agréable de dents vraiment propres après le brossage. Une fois que la boîte est terminée, il suffit de racheter une recharge. Je n’ai pas fait le calcul exact, mais je dirai que ce format dure au moins 2 fois plus longtemps qu’un tube de dentifrice classique.

🌿 Le démaquillant solide, au format stick. Je trouve ce format très innovant par rapport aux démaquillants solides qu’on peut trouver sur le marché et plus pratique à utiliser. Il est à appliquer sur peau mouillée. En général, j’humidifie mon visage mais je le passe aussi directement sous l’eau chaude, pour qu’il fonde plus facilement. Il laisse une sensation agréable de peau douce et non grasse, bien qu’il soit composé de nombreuses huiles et matières grasses naturelles (huile de coco, huile de jojoba, huile de noisette, huile de ricin, beurre de cacao, cire d’amande douce et de jojoba).

🌿 Le déodorant, en deux formats rechargeables. Personnellement, j’utilise le déodorant en stick. Parmi les différentes senteurs proposées, j’ai opté pour l’odeur boisée cèdre vétiver, pas commun pour un déo mais ça me plaît. Mon copain a choisi celui sans huiles essentielles, très neutre mais il est très efficace contre les odeurs de transpiration. Il peut laisser des traces blanches sur les vêtements mais j’ai l’impression que ça dépend de la texture car c’est un produit très sensible à la chaleur. L’été dernier, il avait un peu fondu et était devenu très mou car j’avais laissé ma trousse de toilette dans le coffre de la voiture en plein soleil… Il existe aussi en format mini (pratique à mettre dans le sac) ou en baume à appliquer avec les doigts. Je n’ai pas encore testé cette version, je pense tester quand mon stick sera terminé avant d’acheter une recharge.

🌿 Le savon, ici c’est celui au miel et au lait de chèvre : il laisse la peau très douce. J’aime aussi beaucoup celui avec des graines de pavot, adapté pour un gommage quotidien. Je ne me lave plus qu’avec ça, adieu les gels douche !

🌿 Le shampoing solide stimulant, mon préféré. Depuis que je l’utilise, mes boucles sont beaucoup plus définies et souples. J’aime aussi beaucoup l’odeur de celui pour tout type de cheveux. Et le prochain à tester sera celui pour cheveux frisés et indisciplinés !

🌿 L’après-shampoing pour cheveux secs et abîmés : je l’utilise de temps en temps en soin. J’avoue que j’ai un peu de mal pour ce format. J’ai l’impression de ne pas savoir l’appliquer ni le rincer correctement… Je suis preneuse de tes conseils.

Mon copain a aussi adopté le zéro déchet avec ces produits, qu’il utilise autant que moi (sauf le démaquillant bien sûr !).

La petite info : pas de panique, même si les emballages de shampoing et des recharges peuvent ressembler à du plastique, en réalité, ils sont en cellulose de bois, bio et compostables. Tu peux également ramener les contenants abimés en boutique, ils seront recyclés (on adore quand la boucle est bouclée !).

La boutique propose également de nombreux accessoires zéro déchet et pour la salle de bains ! On utilise par exemple les pochettes à savon et les boîtes à shampoings pour les déplacements ou les portes savons à la maison.

Si tu me lis près de Caen, la boutique familiale est située à Douvres-la-Délivrande, sinon la livraison est disponible partout en France depuis leur site (et même à l’étranger). Tu peux également retrouver la gamme dans des boutiques bio ou zéro déchet, notamment chez Wan à Bordeaux.

Tu connais cette marque ? Tu as déjà testé les cosmétiques solides ? J’espère que cette revue t’a plu ! N’hésite pas à m’écrire si tu aimerais plus de détails sur les cosmétiques naturels.

Ces produits que les influenceuses m’ont fait acheter

Ça fait bien longtemps que je suis les aventures de nos amis influenceurs sur les réseaux sociaux. A l’époque, ça se passait principalement sur Youtube et on ne parlait pas encore d’influenceurs. Aujourd’hui, je trouve qu’ils portent bien leur nom ! Dans cet article, je te présente les produits que les influenceuses m’ont fait acheter ces dernières années. Jolies découvertes ? Regrets ? Je te donne mon avis objectif.

Soins et maquillage

A l’époque on ne parlait pas trop de lifestyle mais plutôt des « youtubeuses beauté ». Alors naturellement, les premiers produits que j’ai achetés sous le conseil d’influenceuses sont des produits de beauté et de soin.

Ayant les cheveux bouclés avec les pointes sèches, j’étais souvent à la recherche des meilleurs soins pour hydrater mes cheveux et les rendre plus doux, plus soyeux. J’ai parfois mis le prix mais je faisais toujours attention à la qualité en veillant à prendre des produits à base d’ingrédients naturels et peu de produits chimiques. J’ai testé 2 gammes de shampoings/après-shampoings qui semblaient correspondre à ces critères. Franchement, pas de déception à ce niveau-là. Si je n’utilise plus ces produits aujourd’hui, ce n’est pas parce qu’ils m’ont déplu mais c’est plutôt lié à un concours de circonstances, un changement d’habitude.

D’un côté, la marque Macadamia, conseillée par Horia (ça fait vraiment longtemps, j’étais encore à la fac). J’aimais bien cette gamme. Dans mon souvenir, mes cheveux étaient vraiment doux après les shampoings. J’ai dû l’utiliser pendant 1 an – 1 an et demi, avant de revenir à des shampoings plus accessibles, trouvables en grande surface et moins chers. Et puis, j’aime bien changer de shampoing de temps en temps pour ne pas habituer mon cuir chevelu aux mêmes produits. J’ai toujours entendu que c’était une bonne habitude à prendre !

De l’autre, la marque brésilienne Natura Brasil et sa gamme Ekos au beurre de murumuru que j’ai testée il y a environ 2 ans, sur les conseils de Cindy Dslv. J’étais assez satisfaite des produits, mes cheveux étaient doux après le lavage et souples. Jusqu’au jour où j’ai découvert le shampoing solide et j’ai complètement abandonné la version liquide. Mes bouteilles entamées ne sont même pas terminées… C’est vraiment la meilleure alternative naturelle pour moi ! Je t’en parle très bientôt. 

Toujours pour le soin des cheveux, j’ai acheté des huiles naturelles bio de la marque Melvita, découverte dans des vidéos de Marie alias EnjoyPhoenix. C’est une marque un peu chère mais les produits sont de très bonne qualité. J’utilise principalement l’huile de ricin, d’argan et d’amande douce, seules ou mélangées, pour faire des bains d’huile à laisser poser toute la nuit ou en application simple le matin pour nourrir mes cheveux pour la journée. Ce que j’aime, c’est que les huiles sont pures, pressées à froid, 100% naturelles et vegan et certifiées bio par Ecocert et Cosmébio. C’est une marque qui a fait ses preuves, en laquelle j’ai totalement confiance aujourd’hui. D’ailleurs, je ne me suis pas limitée aux huiles, j’ai aussi acheté différentes crèmes pour le visage et eaux florales grâce auxquelles j’ai pu régler mes problèmes de peau grasse notamment. 

Pour accompagner les soins du visage, j’ai craqué sur la brosse nettoyante de la marque Foreo, après l’avoir vue dans un vlog de Léa alias Jenesuispasjolie. J’ai opté pour le modèle Luna Play Plus à 49€ parmi les entrées de gamme (la moins chère étant à 39€ et la version « professionnelle » à 199€) car je n’étais pas prête à mettre plus cher dans une brosse pour le visage. D’autant plus qu’aujourd’hui, je regrette un peu de l’avoir achetée, je ne l’utilise pas… Je trouve que mon produit nettoyant se suffit à lui-même, je n’ai pas vu de nette amélioration avec la brosse. A voir si j’ai envie de la ressortir un jour.

Enfin, pour clore cette catégorie avec le maquillage, j’ai craqué cette année sur la marque du moment chez les influenceuses : Banana Beauty. C’est une marque allemande, comme Hello Body, qui à mon avis consacre une bonne partie de son budget marketing et communication à l’influence et aux réseaux sociaux. Je l’ai vue chez EnjoyPhoenix, Cindy Dslv, Lufy, Sissy, d’anciennes candidates de Koh Lanta comme Candice, Cindy, Jesta et j’en passe… Et  à mon avis, toi aussi tu l’as vu passer sur les réseaux, si tu suis quelques influenceuses, blogueuses ou instagrammeuses qui aiment se maquiller. Alors est ce que ça vaut vraiment toute cette publicité et toutes ces éloges ? Évidemment, j’ai attendu d’avoir un code promo intéressant pour passer ma première commande. J’ai été très agréablement surprise. Je trouve que c’est une bonne marque de maquillage, les produits sont de qualité, ce n’est pas que du blabla. J’ai commencé par tester deux rouges à lèvres sans transfert (liquid lipstick) et le mascara Volume Up.

Pas évident de choisir une teinte de rouge à lèvres sur internet, on se demande toujours si la teinte sera fidèle à la photo, à l’emballage et quel sera le rendu sur notre couleur de peau. Je suis une collectionneuse de rouges à lèvres, surtout les liquid lipsticks sans transfert de chez Sephora mais j’achetais toujours mes nouvelles teintes en magasins après quelques tests sur ma main. Ça n’a pas raté, les couleurs que j’ai reçues ne correspondaient pas exactement à mes attentes. Mais je les utilise quand même, ils sont très agréable à porter, ça fait comme un effet seconde peau, l’impression de ne pas porter de rouge à lèvres ! Ils tiennent très bien toute la journée et assèchent un peu moins les lèvres que ceux de Sephora. J’en ai commandé des nouveaux récemment.

Pour ce qui est du mascara, c’est un gros coup de cœur ! Mes cils sont assez courts et fins donc je recherche en général un mascara avec un effet longueur et volume. Celui de Banana Beauty porte très bien son nom. Je crois que c’est le meilleur mascara que j’ai pu testé depuis que je me maquille ! En tout cas, celui qui correspond le plus à l’effet que je recherche. Pourtant avant, j’utilisais des mascaras de marque comme Benefit ou Nars. Mon flacon est presque terminé, je l’ai déjà racheté. J’en ai profité pour ajouter les eyeliners à ma commande, en 3 teintes : bleu clair, bleu marine et marron. J’adore tester de nouvelles couleurs sur mes yeux de temps en temps. L’eyeliner bleu m’a complétement conquise ! Je suis novice en eyeliner mais ils sont faciles d’application, tiennent toute la journée et se démaquillent très bien, même à l’eau. Je rêve qu’ils sortent un eyeliner dans les teintes rouge bordeaux. Tu l’auras compris, c’est un bilan très positif pour cette marque ! Dernièrement, ils ont sorti des fards à paupière et des nouvelles teintes de rouges à lèvres pour la collection de Noël. Si tu hésitais à tester, tu peux y aller les yeux fermés. Le seul petit point négatif de la marque que je voudrais relever, c’est que les influenceurs ont tellement souvent des codes promo que je n’achèterai jamais au prix fort.

Zéro déchet

Comme je te le raconte dans mon article « Un an sans acheter de vêtements », j’ai eu un déclic sur la fast fashion l’année dernière et j’ai pris des résolutions. Mais ma conscience écologique s’est éveillée déjà depuis début 2019. J’ai adopté la gourde au bureau, lors de mes déplacements et j’essaye de faire des petits gestes au quotidien qui peuvent aider notre planète.

Puis j’ai découvert dans une vidéo de Léa, alias Jenesuispasjolie, les culottes menstruelles Fempo. Aujourd’hui, on en entend parler dans tous les sens mais il y a un an et demi, c’était encore assez nouveau. Je me suis facilement laissée convaincre parce que les protections hygiéniques « classiques » ne me convenaient pas du tout. Je redoutais toujours d’avoir mes règles et de passer cinq jours en étant mal à l’aise dans mes vêtements et sous-vêtements. J’avais testé une fois la cup, pratique à mettre mais la galère à retirer… Alors que les culottes, ça avait l’air tellement simple ! Ma principale crainte, c’était les éventuelles fuites…Est-ce que c’est assez absorbant ? Est-ce que ça ne va pas traverser mon pantalon ? Pour en avoir le cœur net, il fallait tester. J’ai commencé par acheter un pack duo Power ++, la version la plus absorbante pour pas prendre trop de risque. C’est vrai que ça représente un petit budget au début (69€ les deux culottes) mais sur la durée, on se dit que c’est rentable. En plus, j’avais réussi à chopper un petit code promo de 10%. Ce que j’aimais aussi, c’est que c’est une marque française, créée par des femmes pour des femmes. J’aime leur comm’ un peu décalée et elles sont très transparentes sur la fabrication. Les tissus proviennent d’Europe (France et Italie), ils sont certifiés OEKO-TEX® (pas de produit nocif). Les ateliers de production sont au Portugal, en Tunisie et au Maroc (elles expliquent tout ça sur leur blog, n’hésite pas à aller jeter un œil pour plus de détails). Les culottes n’ont pas fait le tour du monde avant d’arriver chez toi ! C’était important pour moi. Une fois les culottes reçues, c’est marrant parce que ce n’est pas comme n’importe quel objet ou vêtement que tu achètes, tu ne peux pas vraiment les tester tout de suite. Je pense que c’est la première fois que j’avais hâte d’avoir mes règles. Le premier jour où j’ai pu vraiment les tester, j’avais peur que ça traverse… A chaque fois que j’allais aux toilettes, je vérifiais. Mais non, rien. Et tiens, pas d’odeur non plus. Les premières nuits, pareil. Au petit matin, je vérifiais s’il n’y avait pas eu de fuite. Aucune. Rinçage à l’eau froide puis à la machine à 30°C. J’enfilais une culotte propre pour la journée et je ne la changeais qu’en rentrant du travail. C’est devenu presque agréable d’avoir ses règles. Plus de prise de tête. Au-delà de ça, ça m’a vraiment aidé à me sentir bien dans mon corps, même en ayant mes règles et à mieux accepter ce phénomène mens(tr)uel, dans le fait que ce soit naturel et pas sale. Je remercie vraiment Claudette et Fanny (les créatrices de la marque) pour ça et Léa de m’avoir fait découvrir cette alternative et donner envie de franchir le cap.

Si je devais te donner un conseil avant de passer aux culottes menstruelles, je te dirais d’acheter direct un pack trio ou accepter de faire une période de transition en alternant culottes menstruelles/autres protections. Le pack duo, c’est vraiment juste. Il faut laver aussitôt la culotte que tu ne portes pas (donc tous les jours) et surtout, il faut qu’elle ait le temps de sécher pour que tu puisses la remettre. D’autant plus qu’il est conseillé de faire sécher les culottes à l’air libre car les sources de chaleurs peuvent abîmer le tissu absorbant. Aujourd’hui, je tourne avec 5 culottes et je suis tranquille. Enfin, pour nuancer un peu mon propos, même si c’est un vrai coup de cœur, avec le recul aujourd’hui et toutes les marques qui se sont développées sur le marché, je trouve que les culottes Fempo ne sont pas forcément les plus jolies. Maintenant, il existe des modèles un peu plus sexy, avec de la dentelle par exemple. Mais je suis équipée et leur efficacité est prouvée à mes yeux donc je ne ressens pas le besoin d’en changer. De plus, aucun doute que les équipes travaillent pour continuer de faire évoluer la marque et proposer de nouveaux modèles. Les derniers en date : le maillot de bain et la culotte taille haute. D’ailleurs, n’hésite pas à me donner ton avis sur d’autres marques que tu as testées, ça m’intéresse de comparer.

Dans la catégorie zéro déchet, je surveillais également ce que proposais Marie alias EnjoyPhoenix sur sa boutique Leavesandclouds. C’est tout à son honneur de vouloir faire découvrir des petites marques françaises engagées pour la planète. C’est sur ses réseaux que j’ai découvert les bee wraps, ces emballages de conservation en cire d’abeille. J’ai choisi de les commander sur sa boutique car c’était un moyen de soutenir sa démarche, ça m’inspirait confiance et les prix étaient corrects. Ça m’a aidé à réduire ma consommation de film alimentaire et de papier aluminium, je trouve que c’est une bonne alternative. En revanche, aujourd’hui je les utilise moins car j’ai acheté des charlottes/couvercles en tissus et je trouve ça beaucoup plus pratique.

Bijoux

Ces deux dernières années, les marques de bijoux ont trouvé leur place et se sont vraiment développées sur Instagram. Aidées ou créées par les influenceuses, voici celles pour lesquelles j’ai craquées. 

Myjoliecandle

Bougie et bijou réunis, le combo parfait pour moi. C’est Marie alias EnjoyPhoenix que j’ai vu faire la promo en premier. Elle a d’ailleurs créé sa propre collection. Myjoliecandle est une marque française de bougies en cire végétale dans lesquelles se cache un bijou serti d’un ou plusieurs zircons Swarovski. La bougie est toujours au même prix, à partir de 30€ mais le bijou à l’intérieur peut avoir une valeur entre 25 et 1000€. Il y a un petit code avec le bijou pour vérifier sur le site. Fan du concept avec la surprise du bijou, j’avais repéré cette marque il y a déjà quelques années mais malheureusement au début les bijoux proposés étaient uniquement en argent. Préférant le doré, j’avais mis cette marque dans un coin de ma tête et je vérifiais de temps en temps s’ils sortaient une collection dorée.

Quand ce jour est arrivé, j’ai commandé 2 bougies à Noël, en laissant le soin à ma maman de choisir les parfums et les bijoux. J’ai eu une magnifique bague et des boucles d’oreilles. La bague fait partie de mes préférées aujourd’hui, je l’adore. Ça fait maintenant 2 ans que je l’ai et elle n’a pas bougé ! La qualité est vraiment top. Je ne voudrais vraiment pas l’abîmer donc je prends soin de ne pas dormir ni de me doucher avec.

Quelques mois plus tard, j’ai racheté une bougie car j’ai complétement craqué sur leur collection spéciale astro. A l’intérieur de la bougie, un collier avec pendentif estampillé du signe astrologique de ton choix. Coup de cœur aussi pour ce collier, je ne le quittais plus. A l’inverse de la bague, je me douchais et dormais tout le temps avec, je me suis même baignée dans la mer. Avec le temps, il a peut-être perdu un peu de son éclat mais ça reste un bijou de très bonne qualité. Écrire cet article aujourd’hui me donne d’ailleurs envie d’acheter une nouvelle bougie pour avoir un nouveau bijou (oupsi). Je trouve que c’est aussi une idée cadeau originale, qui a un petit plus par rapport à une bougie ou un bijou seul. Si tu aimes le concept, tu peux y aller les yeux fermés.

Maison Dorée

La plus grosse déception de cet article… Mon but n’est pas du tout de détruire le travail de quelqu’un ou de répandre de la critique et de la méchanceté gratuite. Bien au contraire, je préfère te partager des choses positives mais si je peux t’apprendre quelque chose et t’éviter de te faire avoir, ça me fait plaisir aussi. Je ne sais pas si tu as entendu parler de cette histoire mais ça a fait couler un peu d’encre quand c’est sorti. Je t’explique. Ça faisait environ un an que je suivais Chloé B sur Instagram, jeune marseillaise de 19 ans qui proposait des supers looks et supers make-ups, quand elle a commencé à parler de la marque de bijoux Maison Dorée. Elle dévoilait petit à petit dans ses stories des nouvelles pièces que la marque lui envoyait, principalement des boucles d’oreilles. A force, ça a piqué ma curiosité donc je suis allée visiter le compte Instagram. Très peu de photos et d’abonnés, je me dis que c’est une petite marque nouvelle, qui a besoin de soutien et c’est tout à l’honneur de Chloé selon moi à ce moment là. La mention « designé à Paris » attire aussi mon attention. Je visite le site internet, les photos et les bijoux sont jolis. Je décide de commander. Une trentaine d’euros pour une paire de boucles d’oreilles. Quelques jours plus tard, je reçois mon colis avec les bijoux dans un joli pochon. Quelle ne fût pas ma déception en l’ouvrant… Malheureusement, je ne peux pas te montrer de photos car la paire n’est aujourd’hui plus disponible et pour ma part je l’ai jetée à la poubelle… J’avais choisi une paire qui formait un anneau doré irrégulier avec une perle au bout. Rien à dire sur la perle qui faisait un bon dupe. En revanche l’anneau était en plastique avec une dorure sûrement faite à la bombe de peinture ou quelque chose dans le genre… J’ai été hyper déçue ! D’autant plus que je les avais achetées pour assister à un mariage donc je ne voulais pas une paire en toc. Bref, je les ai quand même portées quelques fois car elles restaient jolies. A force, la dorure s’est effritée.

Puis un jour, je vois une story de Chloé en pleurs sur Instagram. Je n’y fais pas attention sur le moment mais peu après, je commence à voir apparaître des articles sur elle et son arnaque à ses abonnés. Intriguée, je me renseigne. J’apprends en fait que la marque est la sienne et que les paires ne sont pas vraiment désignées à Paris puisqu’elles sont disponibles pour quelques euros sur AliExpress… Et il semblait que c’était la deuxième fois que Chloé avait recours à ce genre de méthodes pour vendre des produits via ses réseaux (avec une marque de maillots de bain un an plus tôt). Si ça t’intéresse, tu peux visionner la vidéo de Gossip YouTube qui détaille toute cette histoire. Je suis consciente que la source peut paraître discutable mais elle m’a permis de bien comprendre l’entourloupe. Je ne sais pas où en est Chloé B aujourd’hui dans son business et sur ses réseaux car je me suis désabonnée… Je me suis vraiment sentie trahie et prise pour une idiote… Ça ne m’empêche pas de mettre des j’aime sur ses photos quand elle apparaît dans mon fil d’actualité mais depuis cet épisode, je me méfie beaucoup plus avant d’acheter un produit mis en avant sur les réseaux sociaux. J’espère en tout cas que ça lui a servi de leçon et qu’elle a pu amélioré la qualité de ses bijoux et revoir son business model.

New Habs

J’ai découvert New Habs sur les réseaux de Shera via des partages de publications motivantes. Elle avait parlé plusieurs fois de bracelets en fils de couleurs permettant de se fixer des objectifs et de s’y tenir. Ils n’étaient pas très chers mais pas très esthétiques à mes yeux. Jusqu’au jour où ils ont ajouté des pierres à ces bracelets. C’est ce qui m’a fait craqué. J’ai choisi le quartz rose pour la confiance en soi et l’Amazonie (pierre verte) pour la positivité. J’ai porté les bracelets tout l’été mais je ne trouve pas qu’ils ait eu un impact quelconque sur mon état d’esprit. J’ai arrêté de les porter au bout d’un moment car j’en avais marre de porter tous les jours les mêmes bijoux. Je n’ai pas trop d’avis sur cette marque… Le principe est sympa mais rien d’exceptionnel ! Le site est actuellement en maintenance et je ne les trouve plus sur Instagram… En tout cas, je suis preneuse de ton avis si tu as testé !

Accessoires et autres

Dans cette catégorie, je regroupe les objets du quotidien et autres fantaisies dont les influenceuses font la promotion et qui m’ont fait craquer.

SoShape

Eh oui… J’ai succombé aux fameux berlingots SoShape et l’alléchante promesse de perdre quelques kilos ou centimètres de tour de taille en 5 jours. C’est vraiment pas un achat dont je suis fière. Déjà, j’ai trouvé que ce n’était vraiment pas bon et en plus c’est pas vraiment efficace. Alors oui, j’ai peut-être perdu 1kg sur le challenge de 5 jours mais je l’ai repris en très peu de temps. Et j’ai compris que ce n’était pas en arrêtant de manger et en se privant qu’on pouvait « faire un régime ». Le principe est le suivant : un berlingot sucré le matin à la place du petit déjeuner, le midi repas libre et un berlingot le soir pour dîner. Il y a toutes sortes de saveurs : cookies, fraise ou chocolat pour le sucré, pâte bolo ou riz en sauce pour le salé, et j’en passe. Il faut savoir que les berlingots sont de la poudre à mélanger avec de l’eau. J’ai trouvé que ça se mélangeait très mal, c’était toujours soit pâteux, soit poudreux. La texture n’était vraiment pas agréable. Je ne comprends pas comment les influenceuses peuvent s’infliger ça sur des challenges plus longs ou plusieurs fois dans l’année !

Aujourd’hui, j’ai arrêté de me comparer aux autres corps sur Instagram et je me suis détachée de mon poids et de mon physique. J’avoue que c’est un côté un peu malsain des réseaux sociaux. Manger et cuisiner a toujours été un plaisir pour moi, je ne veux pas me priver. Je préfère largement te partager des recettes riches et gourmandes que tenir un discours qui participe aux diktats de la minceur dans la société !

Accessoires de téléphone

Les coques Kroma

Quand Marie alias EnjoyPhoenix et Léna Situations ont commencé à parler des coques Kroma, l’argument qui m’a convaincu c’est « sans BPA ».  On entend souvent parler des produits sans BPA pour les nourrissons. Le BPA (Bisphénol A) est un perturbateur endocrinien présent dans de nombreux matériaux plastiques. Je n’avais jamais réfléchi au fait qu’il y en ait dans les coques de téléphone. Dorénavant, je fais attention et je pense que même si je change de marque, je vérifierai la composition de mes futures coques de téléphone. Au niveau du design, il y a énormément de choix sur le site avec plein de styles différents. Tu trouveras forcément quelque chose qui te convient ! Au-delà de ça, la coque protège très bien et amortit vraiment les chocs en cas de chute.

Le principe sympa de Kroma, c’est que tu choisis la couleur de ton cadre et le verso de la coque est interchangeable ! J’ai choisi un cadre blanc pour mon iPhone blanc et 2 modèles de versos transparents à motifs. Je ne te cache pas que j’ai galéré pour changer l’arrière, c’est un coup de main à prendre. Mais ça prouve aussi que c’est solide. Si je change de téléphone, je pense que rachèterai une coque Kroma. Je te recommande cette marque.

Les patchs Fazup

Dans le même état d’esprit, si on peut se protéger des ondes émises par nos téléphones je ne dis pas non. J’ai acheté un patch Fazup à coller à l’arrière du téléphone pour réduire l’exposition aux ondes. Pour un patch acheté, il y en avait un offert. Mon copain était content d’en bénéficier aussi. Le patch se colle directement sur le téléphone et doit être protégé par une coque pour éviter de l’abîmer ou qu’il se décolle à force de frottement. Son effet est garanti tout le temps qu’il est collé au téléphone. Il ne fonctionne plus à partir du moment où il a été décollé une fois. La crainte, ça peut être de moins bien recevoir le réseau. De mon côté, je n’ai pas vu d’impact. Je capte de la même manière qu’avant. Concernant les effets du patch en lui même (réduction des maux de tête, des troubles de sommeil, des fourmillements, etc.), je n’ai noté aucune nette amélioration… Après, ça ne me dérange pas du tout de me dire que j’ai un patch sur mon téléphone qui est potentiellement bénéfique. Je ne pense pas que ça soit un achat pour rien. Je me dis que ça ne peut pas avoir de conséquences négatives. D’ailleurs, ça m’intéresse de savoir si tu as testé et si tu as observé des différences avec et sans le patch !

Mini coin lecture

J’ai acheté peu de temps après sa sortie le livre de Léna Situations que vous avez vu partout et qui a explosé le record des ventes. J’aime beaucoup le contenu de Léna que j’ai découvert l’année dernière. Je trouve que c’est une fille pétillante, pas prise de tête, posée et intelligente. Le livre est un peu simple, il se lit très vite. Le vocabulaire utilisé s’adresse plus à des collégiens ou lycéens selon moi mais il est motivant, il apporte sa petite dose de bienveillance et de légèreté. C’est d’ailleurs un des éléments qui m’a encourager à lancer ce blog !

J’ai parlé d’influenceuses dans le titre et tout au de long de cet article mais je vais conclure avec le livre d’un influenceur. Celui de Fabien Olicard : « Le bonheur est caché dans un coin de votre cerveau ». Pour le coup, ce n’est pas Fabien directement qui m’a incité à l’acheter, je l’ai pris en le voyant à la Fnac mais je me suis dit qu’il avait quand même sa place dans cet article. Je ne l’ai pas encore lu, il est sur ma liste d’attente. Je reviendrai peut-être t’en parler quand je l’aurai terminé !

Enfin, pour cette année j’ai décidé de remplacer mon bullet journal par un agenda créatif. J’ai opté pour celui de HealthyLifeMary. Je ne suis pas du tout cette influenceuse mais j’ai découvert l’agenda par hasard sur le compte Instagram de Jesta Hillman et je l’ai trouvé joli donc je l’ai pris. Quelques pages reprennent le principe du bullet journal, comme le mood tracker. Chaque semaine il y a aussi des citations motivantes, des espaces dédiés pour des to-do lists, pour définir tes objectifs, noter tes pensées du moment etc. Pour moi, il manquerait la vision avec le planner mensuel mais nous ne sommes qu’au mois de janvier donc je t’en reparlerai peut-être au cours de l’année dans une revue plus détaillée.


Voilà, tu sais tout sur les produits que les influenceuses m’ont fait acheter ! C’était un peu long mais j’avais envie de te faire une revue complète. Pour mes prochains achats, je les partagerai sûrement au fur et à mesure sur Instagram. N’hésite pas à me suivre !

Et toi, tu as déjà acheté des produits conseillés par des influenceurs ou via des publicités sur les réseaux sociaux ? Jolies découvertes ou déceptions ? Raconte-moi en commentaire !

Ma routine soin visage

J’ai mis du temps à trouver les produits qui conviennent à ma peau. Au final, ce sont les produits qui sont venus à moi. Je me suis amusée à faire une petite vidéo sur Instagram pour te faire découvrir mes produits préférés pour prendre soin de ma peau. Depuis 6 mois que je les utilise, j’en suis vraiment satisfaite. Mon teint est plus net et j’ai réussi à me débarrasser de belles imperfections. Découvre ici ma routine naturelle plus en détail.

Le matin j’applique en premier le sérum booster d’hydratation à l’éclat de rose de Centifolia. Je l’ai découvert dans la box Prescription Labs, c’est une box dédiée à la cosmétique naturelle. Depuis que je l’utilise, je vois bien que ma peau est hydratée, je n’ai plus de zones sèches. Ensuite, je complète avec la crème de jour Rasayana de chez Taaj. C’est une crème prévention anti-âge pour les premières rides. Je ne l’ai pas du tout choisie pour ça, car je ne l’ai pas choisie tout court d’ailleurs ! C’est une amie qui travaille pour cette marque qui m’en a donné un tube pour que je teste. Dès que je l’ai terminé, je l’ai racheté. La texture est douce et très légère. La crème est agréable à appliquer et l’odeur est incroyable ! Donc si en plus ça peut ralentir le vieillissement de ma peau, on ne dit pas non. Je ne connaissais pas du tout la marque, c’est une belle découverte ! Tu peux retrouver les produits chez Marionnaud, Nocibé ou encore en parapharmacie.

La journée, je n’applique rien d’autre sur ma peau, à part un peu de maquillage quand l’envie me prend mais surtout pas de fond de teint, bb crème, poudre et autre. Je maquille uniquement mes yeux (fard, mascara, eyeliner) et mes lèvres. Je préfère le teint au naturel, principalement pour 2 raisons : 1. Parce que je n’aime pas l’effet seconde peau du fond de teint 2. Parce que ce type de produits a tendance à masquer mes taches de rousseur (que j’adore ! et sans lesquelles j’ai du mal à me reconnaître).

Le soir, pour me démaquiller justement, j’aime bien alterner suivant mon envie et le maquillage que j’ai utilisé entre l’huile démaquillante purifiante Akane (également découverte dans la box Prescription Labs) et le démaquillant solide en stick Les Savons de Joya. Les deux démaquillent très bien mais le rendu final sur la peau est un peu différent. L’huile est évidemment plus grasse alors que le démaquillant solide laisse une sensation plus douce sur la peau.

Une fois démaquillée, j’essuie le surplus de produits avec un coton lavable à sec. J’utilise majoritairement ceux de Le Petit Carré Français mais j’aime bien aussi ceux de Make Up Eraser. J’en avais eu un en cadeau dans une box, je le trouve un peu plus doux. Ensuite, je mouille le coton et je le repasse sur mon visage pour l’humidifier puis je nettoie en profondeur avec la sulfureuse pâte du marabout de Garancia. C’est le meilleur nettoyant visage pour moi, je sens vraiment que ma peau est purifiée et nette, elle respire. La meilleure sensation !

Enfin, j’hydrate ma peau avant d’aller dormir avec la crème Kerala éclat nuit de chez Taaj. Elle est moins légère que la crème de jour, la texture est très différente mais la sensation n’en est pas moins agréable. Elle a un effet perfecteur de peau et anti-tache. C’est à dire qu’elle permet d’atténuer les effets du soleil sur la peau, ce qui me convient très bien car j’y suis sensible. Même chose, j’ai eu le premier tube en cadeau mais j’en ai déjà racheté un second.

J’aime beaucoup cette routine car elle est simple au quotidien et à base de produits naturels. De temps en temps j’applique des masques, mais c’est assez rare car je n’ai pas le réflexe (et j’ai un peu la flemme aussi, il faut l’avouer).

Et toi, tu as une routine établie ou tu changes souvent de produits ? J’adore faire des découvertes, alors n’hésite pas à me partager tes coups de cœur pour une routine soin visage naturelle.

Mes surprises de Noël

Comme je te l’ai annoncé sur Instagram, je n’avais pas du tout prévu d’écrire un article sur mes cadeaux de Noël. C’est pour ça qu’il arrive un peu après la bataille (je trouve ça aussi bien) et que je préfère parler de surprises de Noël. Je ne veux en aucun cas me vanter ou paraître prétentieuse. Je suis bien consciente que j’ai énormément de chance d’avoir été autant gâtée. Je n’avais pas fait de liste et mes proches ont été extrêmement généreux. J’ai eu plein de belles surprises, utiles et en accord avec mes envies et mes valeurs ! Le but de cet article est vraiment de te partager mes découvertes et mes secrets de blogueuse débutante (car pour mon plus grand bonheur j’ai reçu des objets qui vont bien me servir pour ce nouveau projet).

Les kits de fabrication artisanale

Les premières surprises, ce sont deux kits pour fabriquer ses produits maison. Ma maman m’a offert un kit pour fabriquer ses produits de soin et ma cousine m’a offert un kit pour fabriquer sa lessive. J’ai trop hâte de les tester ! J’en ferai sûrement des petites vidéos crash test pour que tu vois le résultat (j’ai commencé à m’entraîner à faire des reels d’ailleurs pour Instagram).

Le kit « Mon atelier beauté au naturel » contient un bol en inox, un mini fouet, 4 cuillères doseuses, 3 pots hermétiques en verre et un livre de 30 recettes beauté. Des exemples de recettes : crème hydratante à l’huile de coco, masque à l’argile blanche, shampoing aux herbes aromatiques, dentifrice spécial blancheur, etc.

Le kit « Je fabrique ma lessive » contient une bouteille en verre, une cuillère en bois, une râpe métallique, un entonnoir en métal et un livre de recettes de lessive bien sûr, mais aussi d’assouplissant, blanchissant, détachant, etc.

Produits de beauté bio

Dans le même esprit, ma tante m’a offert un lot de produits de beauté bio de la marque Gorgée de Soleil, que je ne connaissais pas : une mousse nettoyante visage et un masque illuminant avec deux lingettes démaquillantes lavables, qui vont venir compléter ma collection. C’est une petite marque française, née dans le sud de la France. Les produits sont pensés, fabriqués et conditionnés en Occitanie, certifiés bio et vegan, avec plus de 98% d’ingrédients d’origine naturelle et des emballages recyclables. J’ai hâte de tester et d’apporter un peu de soleil dans ma routine soin en cet hiver pluvieux.

L’un de mes beaux-frères m’a également offert un baume naturel fabriqué par l’un de ses amis en Belgique, pour peaux sèches et irritées à base de calendula, accompagné de graines de calendula et d’un fascicule expliquant tous ses bienfaits.

Je suis super contente parce que ça correspond vraiment à mes nouvelles valeurs et mon cheminement vers un mode de vie plus naturel.

Divertissement

Mes beaux-frères ont aussi offert à mon copain deux jeux de société. Je considère que ce sont un peu aussi mes cadeaux parce qu’on va y jouer ensemble. J’ai toujours été fan des jeux de société quand j’étais enfant mais j’y jouais beaucoup moins à l’âge adulte. Depuis environ deux ans, on a commencé à se faire des après-midi jeux de société avec des amis. Et pendant le deuxième confinement avec mon copain, on a fait un stock pour s’occuper ! D’ailleurs, dis-moi si ça t’intéresse un article sur mes jeux préférés. Les deux jeux que nous avons reçus sont des jeux collaboratifs proposant des ambiances complètement différentes.

Le premier, The Game, est un jeu de cartes stratégique qui peut se jouer seul et jusqu’à cinq. Il y a 4 cartes de départ (2 de valeur 100 et 2 de valeur 1). Le but est de poser à tour de rôle les cartes numérotées entre 2 et 99, uniquement dans l’ordre croissant sur les piles qui démarrent à 1 et uniquement dans le sens décroissant sur les piles qui démarrent à 100. Si en fin de partie, toutes les cartes ont été posées en respectant cet ordre, c’est gagné (sinon c’est perdu !). Très belle découverte pour ce jeu, je suis très contente. Il est simple à comprendre, rapide à mettre en place et les parties ne durent pas 3h.

Le deuxième jeu, Imagine, est un jeu plus détente, qui fait appel à l’imagination (comme son nom l’indique) et à la créativité. Il est composé de cartes transparentes représentant des formes ou des objets. En combinant différentes cartes, il faut faire deviner aux autres joueurs un mot ou un groupe de mots dans une catégorie. Ça peut être des films, des personnages, des objets, des expressions, etc. On peut y jouer en mode compétition, où celui qui a le plus de point gagne à la fin mais aussi en mode tranquille, sans compter les points.

Nous avons passé quelque temps à jouer en famille pendant les fêtes. J’aime beaucoup ce genre de cadeau qui rassemble. En plus, avec les jeux collaboratifs, pas de tension, pas de mauvais perdant car tout le monde gagne ou tout le monde perd !

Secrets de blogueuse

Comme tu le sais peut-être déjà, au début de l’année 2020 j’ai décidé de commencer un bullet journal (je te le présente en détail dans un article). Cette activité m’a donné très envie de développer ma créativité, même au-delà du dessin. L’été dernier, j’ai commencé à faire des petites séquences vidéo de nos vacances en mode road trip dans le sud de la France et j’ai fait un montage retraçant notre route. J’adore les vidéos, je suis une grande consommatrice sur Youtube et j’avais envie moi aussi d’en créer (pas en mode youtubeuse face cam, si ça peut te rassurer mais plutôt des vidéos voyages quand on pourra enfin à nouveau sortir de chez nous). Je n’avais pas envie ou je ne ressentais pas forcément le besoin d’investir dans une grosse caméra car même si je souhaite faire du contenu de qualité, je ne cherche pas un rendu professionnel. Je recherche avant tout le côté pratique et ludique. Pour améliorer la qualité de mes vidéos, j’avais demandé un stabilisateur pour téléphone (seul cadeau que j’avais demandé). J’ai eu le pack Osmo 3 avec la housse et un mini trépied. Ça permet de faire des vidéos statiques sans tremblements ou même des vidéos en mouvement en suivant un point ou un objet, à la verticale comme à l’horizontale. Hâte de bouger pour le tester ! Pour améliorer la qualité des photos, et surtout l’exposition, j’ai aussi eu un mini ring light de la marque Kodak, à fixer directement sur le téléphone (caméra avant ou arrière). Je l’ai vu par hasard chez Cultura et mon copain a vu que j’avais craqué dessus, il me l’a pris. Ça permet d’améliorer la luminosité de la photo, il y a 3 niveaux de réglages d’intensité différents et il est compact donc simple à transporter et emmener partout.

Enfin, le plus gros cadeau que j’ai eu et qui va m’aider à développer ce blog, j’en rêvais. Ça fait des mois que j’en parle et j’avais prévu de l’acheter d’ici quelques mois (non, non, ce n’était pas un message subliminal pour Noël). Vu le prix, je ne pensais vraiment pas le recevoir sous le sapin. C’est donc un cadeau combiné pour Noël et mon anniversaire (qui est un mois après Noël). C’est… l’iPad. Mon copain m’a fait la surprise de manière originale ! Il m’a offert une petite boîte avec un puzzle à reconstituer à l’intérieur. Au fil de l’assemblage, j’ai découvert la photo de Steve Jobs (je l’avais même pas reconnu au début, je me demandais qui pouvait bien être cet homme en photo sur mon puzzle cadeau) et un message qui indiquait « bon cadeau pour un iPad ». A l’heure où j’écris ces lignes, nous venons de le commander. J’ai choisi l’iPad Air 2020 en bleu ciel. J’ai hâte de le recevoir ! Pour moi l’iPad, c’est le mini ordinateur léger et compact à emporter partout mais j’ai aussi et surtout envie d’en faire un cahier à dessins (grâce à des applications du type Procreate). J’ai complété pour avoir un clavier et l’Apple Pencil (cadeau de moi à moi). J’aimerais reprendre certains concepts du bullet journal pour les réaliser au format numérique (plus besoin de se balader avec la trousse de feutres et crayons). Après sûrement un petit délai de prise en main, sois sûr(e) de voir mes créations dans les parages.

Les moments de partage

Bien sûr, qui dit Noël dit chocolats. J’ai été gâtée aussi de ce côté-là ! Et je voudrais conclure pour dire que Noël, c’est avant tout un moment de partage. Les cadeaux ne font pas tout. C’était peut-être particulier cette année mais j’ai eu la chance de pouvoir être entourée de toute ma famille, de me sentir aimée et à ma place. C’est aussi ces souvenirs que j’ai envie de retenir.

J’espère que les fêtes de fin d’année se sont bien passées pour toi, malgré les conditions sanitaires. Concernant les cadeaux, tu avais fait une liste ou tu préfères les surprises ? Parle-moi un peu de ce que tu as reçu ou offert cette année et des moments que tu as le plus appréciés.

L’évolution de mes sourcils et mon expérience du microblading

Comment tu me vois aujourd’hui sur ce blog
Comment tu m’aurais vu il y a quelques années

Pour bien comprendre ce qui a changé, revenons quelques années en arrière.

Manon, 10 ans, 1m36 : à des années lumières de se poser des questions sur la forme de ses sourcils

A la fin des années lycée, j’ai commencé à développer un complexe sur mes sourcils. Je sais pas si tu te souviens ; dans les années 2010, la mode était aux sourcils très épilés, fins, quasi linéaires. De base, mes sourcils sont assez fins donc ça allait à ce niveau-là. En revanche, ils sont très clairsemés donc c’était assez difficile de leur donner une forme.

Manon en 2012 : premières épilations de sourcils, la mode est à la finesse

Voilà la forme que j’avais réussie en faire. En gros, j’ai gardé la tête à peu près telle quelle mais j’ai enlevé tout ce qui était clairsemé au-dessus pour garder une ligne sur la partie basse du sourcil.

J’arrive à la fac, je commence à suivre des tutos YouTube et je me dis que je pourrais commencer à maquiller mes sourcils pour les mettre en valeur et accentuer mon regard. Au-delà de la forme, c’est vrai que je les trouvais un peu clairs. Alors j’achète un crayon chez Yves Rocher et je les dessine. Comme tu peux le voir sur les photos, c’était pas évident de dessiner toujours la même forme. Mais j’ai gardé cette base pendant plusieurs années. Il était impensable pour moi à cette époque de sortir sans être maquillée. J’étais beaucoup trop complexée par la forme et la couleur naturelles de mes sourcils. Le strict minimum : un coup de crayon sur les sourcils, un peu de mascara.

Les années passent et la mode commence à changer. Adieu les sourcils fins, bonjour les sourcils épais et fournis. Alors je complexe encore plus. J’arrête de les épiler pour essayer de retrouver ma forme naturelle et pour qu’ils soient le plus fourni possible. Ils ont toujours leur forme approximative mais j’apprends à les maquiller autrement, à combler les trous et je leur donne une forme un peu plus « carrée », un peu plus à la mode.

A ce moment-là, ça me plaît. Je pense avoir enfin trouvé mon idéal de sourcil. Mais je suis toujours complexée à l’idée de sortir sans les avoir maquillés. Puis je commence à trouver que mon expression du visage sur les photos change selon la manière dont j’ai maquillé mes sourcils le matin. C’est difficile d’avoir toujours la même forme. Comme tu peux le voir sur les photos, parfois ils sont plus ou moins rapprochés, suivant où je commence à faire la tête, plus ou moins foncés suivant le maquillage utilisé ou la façon d’estomper, etc… Ça me déplaisait aussi d’être « esclave » du crayon et de passer 10 à 15 minutes chaque matin sur mes sourcils. Je commence à me lasser et je me renseigne sur les techniques de tatouage du sourcil.

Microblading, microshading… Je suis un peu paumée et j’ai aussi très peur de sauter le pas. J’ai lu différents témoignages et regardé des vidéos sur le sujet. Même si ce n’est pas censé être permanent, certaines personnes disaient que les pigments délavés étaient toujours visibles des années après. C’est flippant de « tatouer » son visage. Je prends le temps de réfléchir et je garde cette idée dans un coin de ma tête.

Quelle différence entre le microblading et le microshading ?
L’atelier du sourcil l’explique très bien sur son site. Le mircroblading est un effet poil à poil alors que le microshading est un effet d’ombrage ; ça ressemble plus à l’application d’une poudre ou d’un crayon.

Puis un jour, lors d’un stage de danse, l’une des filles du groupe, esthéticienne, commence à parler sourcils. Ça fait tilt dans ma tête, ni une ni deux, je lui demande si elle fait du tatouage semi permanent. Elle me dit que non mais elle m’oriente vers l’une de ses amies très sérieuse qui vient de terminer une formation de microblading et qui le pratique à son domicile. Ma prof de danse l’a fait avec elle et elle était très satisfaite du résultat. En plus, le prix était intéressant : 180€ la première séance. C’est quasiment moitié prix par rapport à tous les salons de Bordeaux que j’avais trouvés ! Généralement, on a tendance à se méfier des prix défiant toute concurrence. On se dit que ça cache quelque chose, que la qualité n’est peut-être pas au rendez-vous. Mais là, j’avais été conseillée par des personnes de confiance.

Février 2020, je saute le pas, je prends rendez-vous avec Lina, chez elle à Villenave d’Ornon à côté de Bordeaux. (Je te laisse aller consulter sa page Facebook si tu es dans le coin et que ça t’intéresse). Je suis accueillie dans une pièce de sa maison qu’elle a transformée en salon d’esthétique. J’ai découvert une personne adorable, douce, très professionnelle et très consciencieuse. Elle m’a demandé ce que je voulais, quelle forme, quelle couleur, quel rendu, etc. et elle m’a donné ses conseils. Elle a pris tout son temps pour s’occuper de moi, me détendre et me rassurer. Je crois que je suis restée pratiquement deux heures sur place. Elle commence par une épilation au fil. Je suis assez sensible pour ce type d’épilation, je trouve que ça fait beaucoup plus mal que l’épilation à la pince ou à la cire. Ça me fait pleurer direct. Mais c’est aussi beaucoup plus efficace, je trouve que les poils mettent plus de temps à repousser. Enfin, c’est parti pour le microblading. Je ne savais pas trop à quoi m’attendre comme sensation. J’ai des tatouages et je n’avais pas eu particulièrement mal. Mais là, c’était vraiment autre chose. Ça faisait bien plus mal qu’un tatouage. C’était comme si elle dessinait le poil à poil avec une lame ! Enfin, c’était pas comme si, parce que c’était vraiment ça. Mais loin de moi l’idée de te faire peur car le résultat vaut vraiment le coup. C’est juste un mauvais moment à passer, trois fois par sourcil… Car elle passe plusieurs couches de pigments jusqu’à obtenir le résultat souhaité. A la fin, elle applique une crème fixatrice et désinfectante car les nouveaux poils de sourcils sont en réalité des micro plaies. Le résultat juste après la séance sera toujours plus foncé que le rendu post cicatrisation.

Avant/après la séance

Après la séance, il ne faut pas mettre les sourcils au contact de l’eau pendant au moins 48h. Il faut appliquer une crème cicatrisante matin et soir et ne pas s’exposer au soleil pendant au moins 7 jours. Pendant la première semaine, les micro plaies cicatrisent et forment des croûtes qui vont tomber petit à petit. Il ne faut surtout pas les gratter ni essayer de les enlever ! Et il faut éviter au maximum de toucher ses sourcils pour que la cicatrisation se passe au mieux. Toutes ces étapes peuvent paraître contraignantes mais elles sont importantes pour un meilleur rendu et une plus longue tenue des pigments. Il est conseillé de faire une retouche 8 à 12 semaines après la première séance. En fait, c’est un peu comme un tatouage classique. La différence, c’est que ce n’est pas permanent car le pigment ne pénètre pas la même couche de la peau. Le tatouage « artistique » est beaucoup plus profond. J’ai eu de la chance, j’ai pu faire ma séance retouche 2 jours avant le premier confinement de mars. La deuxième retouche m’a coûté 40€. Ensuite, il est conseillé de faire une retouche tous les 8 mois environ, pour 90€.

J’ai laissé passer 8 mois depuis ma dernière retouche, je viens d’y retourner. Je suis hyper contente du résultat ! C’est hyper naturel, je n’ai plus besoin de maquiller mes sourcils mais ils sont bien définis. Gain de temps, de maquillage et perte de complexe ! Je considère que c’est la meilleure décision que j’ai prise en 2020 !

2 semaines après la première séance
2 semaines après la première retouche
7 mois après la retouche

Voilà, tu sais tout sur l’évolution de mes sourcils, mon complexe et le microblading ! J’espère que cet article t’a plu. En tout cas, moi j’ai apprécié retracer mon évolution avec des mots et des photos. Si tu as d’autres questions, n’hésite pas à m’écrire !

Et toi, tu as déjà pensé à corriger tes sourcils avec l’une de ces techniques ? Sinon, comment tu apprends à gérer tes petits complexes et à vivre avec au quotidien ?