Arrivée au Bélize par la frontière de Chetumal

Ça y est, nous écrivons un nouveau chapitre de notre aventure en changeant de pays. Après un mois au Mexique, de Mexico à Bacalar, en passant par le Chiapas, nous avons passé la frontière vers le Bélize, ce petit pays d’Amérique centrale où on parle anglais.

J’avais prévu d’écrire un article sur tout le séjour mais il était un peu long donc je l’ai découpé. Dans cette première partie, je détaille notre passage à la frontière au 15 février. J’espère que ça aidera des voyageurs parce que beaucoup ont encore des doutes sur le fait d’aller au Bélize en temps de covid. Bonne lecture !


Quand nous expliquions à d’autres voyageurs dans les auberges notre projet d’aller au Bélize, la plupart étaient réticents et semblaient ne pas comprendre notre choix.

« C’est fermé depuis le covid », « c’est compliqué », « c’est cher », « pas grand chose à faire là-bas »…

Tout un tas de raisons qui ont commencé à semer le doute en moi. Mais sur l’île d’Holbox, nous avons rencontré un couple avec le même projet et les mêmes impressions vis à vis des autres. Le fait d’en parler ensemble et de se comprendre nous a mutuellement encouragés ! Qu’avions-nous à perdre d’essayer ?

Cette destination, et plus précisément l’île Caye Caulker, est apparue sur notre liste peu avant notre départ, sur les conseils d’un ami qui a beaucoup voyagé en Amérique (coucou Aurel si tu passes par là). Nous étions donc plutôt confiants sur le fait d’apprécier le voyage.

D’après les informations trouvées en ligne, plusieurs éléments pouvaient compliquer le passage de la frontière et le séjour :

  • le test covid imposé à l’entrée pour 50$ US
  • la réservation d’un logement certifié par l’état en termes de respect des normes d’hygiène (liste restreinte et budget plus élevé)
  • la souscription obligatoire à une assurance covid
  • la fermeture de la liaison par bateau entre Chetumal et les îles bélizéennes San Pedro et Caye Caulker

Revenons-en aux faits.

Nous avons pris un colectivo à Bacalar pour rejoindre Chetumal. Il faut compter une bonne demie heure et 50 pesos par personne. Arrivés en début d’après-midi, nous avons profité de notre dernier repas mexicain et échangé des pesos en dollars US en prévision du paiement du test covid. Nous avons d’abord fait appel à Jorge (+52 983 156 3803) pour nous emmener à la frontière pour 250 pesos. Il y a un premier contrôle au niveau de la douane mexicaine, où les sacs sont vérifiés. Ensuite, il faut passer par le bureau de l’immigration pour valider la sortie du territoire. Certains voyageurs nous ont recommandé de bien vérifier le tampon sur le passeport à chaque passage de frontière, dans les deux sens (entrée et sortie) car quelques uns ont payé les frais d’un « oubli ». Jorge nous a attendu pendant ce temps, il est habitué à emmener faire ce trajet et connaît les démarches.

Enfin, nous avons été déposés à l’entrée de la zone libre. On peut y passer la journée sans aucune formalité. Mais c’est ici que se déroulent les tests covid pour séjourner au Bélize. La frontière avec l’immigration est un peu plus loin. Cette étape est assez rapide, le plus long étant d’attendre les résultats du test (environ 20 minutes). Bon à savoir, il est possible de payer par carte. Je conseille quand même d’avoir des dollars US sur soi pour pouvoir payer le taxi bélizéen. Nous avons demandé à quelqu’un sur place d’appeler Henry pour nous (+501 651 8235). Il propose d’emmener de la zone libre à l’immigration puis à Corozal Town, la première ville, pour 35$ US. Il y a aussi des taxis présents sur place mais il est possible que ce soit plus cher. Nous avons obtenu les contacts de la part d’un voyageur ayant témoigné sur le groupe Facebook Les Français au Bélize.

L’étape de l’immigration était assez rapide aussi. Après avoir rempli un petit formulaire sur notre identité, notre moyen de transport pour passer la frontière, notre lieu de séjour au Bélize et nos intérêts pour le pays, l’agent de l’immigration nous a demandé si nous avions une assurance. Nous avons montré notre contrat sur notre téléphone et nos passeports ont été tamponnés. Nous avons passé la frontière le jour de la mise en place d’une assurance obligatoire pour l’entrée au Bélize. Je ne sais pas si nous avons bénéficié d’une tolérance ou si les assurances extérieures sont acceptées de manière générale. N’hésitez pas à montrer votre contrat avant de souscrire sur place. Nous n’avions pas réservé de logement à l’avance donc nous avons donné le nom d’un hôtel trouvé sur internet et la réservation n’a pas été vérifiée.

Nous avons tout de suite été très bien accueillis par les bélizéens, que ce soit à la frontière, notre chauffeur Henry ou même Charlie qui nous a accueilli à l’hôtel Las Palmas à Corozal. Et la première impression fût la bonne, les bélizéens se sont montrés très chaleureux avec nous tout au long du voyage.


Hâte de vous faire lire la suite et de vous faire découvrir en images la beauté de ce pays (pour ceux qui n’ont pas vu sur mon Instagram) ! Pour rappel, j’y fais un débrief chaque jour de notre journée.

Une réflexion sur « Arrivée au Bélize par la frontière de Chetumal »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :