De Vannes à Saint Brieuc : une semaine pour faire le tour de la Bretagne en camping-car

Je suis si heureuse d’enfin écrire une revue voyage sur le blog car j’adore voyager et explorer notre belle planète ! Avant le covid, je passais rarement une année entière sans partir à l’étranger. Depuis le premier confinement, je ne compte plus les billets d’avion décalés puis annulés… Et j’ai si hâte de pouvoir partir à nouveau.

En attendant, il a fallu improviser et faire preuve d’ingéniosité pour s’aérer la tête, découvrir de nouveaux endroits dans un rayon limité et profiter des vacances autrement. Pour une semaine de vacances en France au mois de mai, on a opté pour une solution de facilité. Mon copain est breton, ses parents ont un camping-car, nous voilà partis faire le tour de la Bretagne dans notre petite maison ambulante. Mets ta ceinture, je t’emmène avec nous en détail et en photos sur les étapes de notre périple. J’espère que ça te plaira !

Nous sommes partis du sud de la Bretagne, près de Redon où vit ma belle-famille, direction Vannes. Notre objectif : longer la côte pour remonter jusqu’à Saint-Brieuc.

Bretagne sud et golfe du Morbihan

Nous avons commencé notre première journée par une rapide balade dans le golfe du Morbihan, à la pointe du Bill puis à Arradon. Cette partie de la Bretagne est vraiment magnifique avec toutes ses petites îles mais nous avons fait le choix de ne pas nous y attarder car nous avons l’occasion d’y revenir plus souvent par rapport à la longue route et toutes les autres étapes qui nous attendaient. D’ailleurs, nous avions déjà fait le tour de l’île aux Moines il y a 2 ans lors d’un week-end entre copains. L’idéal pour visiter cette zone, c’est d’avoir un petit bateau pour atteindre les différentes îles et petites criques en été ou lors des beaux jours.

Niveau météo, on était un peu juste en température (entre 10 et 15°C) mais on a eu de la chance car malgré la pluie annoncée toute la semaine, nous avons eu des éclaircies chaque jour. Le dicton « en Bretagne, il fait beau plusieurs fois par jour » est totalement vrai !

Nous avons ensuite repris la route vers Concarneau et cherché un endroit où stationner pour notre première nuit. Globalement, nous n’avons pas eu de problème pour circuler ou nous garer avec le camping-car. Quelques parkings sont limités aux véhicules inférieurs à 2m avec des barrières à l’entrée mais nous avons toujours réussi à trouver un endroit où nous arrêter, sans avoir besoin d’aller sur une aire réservée aux campings-cars (avec accès payant).

Les côtes du Finistère

Pour notre première nuit, nous nous sommes arrêtés à Pont-Aven, petit village d’artistes plein de charme. Nous avons dormi dans une rue d’un lotissement calme, non loin du port où nous avons pu profité de la luminosité du soleil couchant. C’était très agréable. Après un repas sur le pouce, nous sommes descendus nous balader jusqu’au port.

Le lendemain matin, nous avons pris notre petit déjeuner sur la place centrale du village avant de visiter le bourg, le long des rues aux nombreuses galeries d’art et de l’ancien moulin jusqu’à l’autre côté du port. Nous nous sommes arrêtés là par hasard mais j’ai beaucoup aimé, c’est très mignon. Je pense que c’est assez touristique mais nous n’avons croisé que des locaux en pleine semaine hors saison. J’ai été assez étonnée de voir des galeries d’art à chaque coin de rue dans un si petit village. Nous en avons croisé une dizaine ! A croire que ce lieu si paisible est une belle source d’inspiration. Le charme aurait été encore plus grand si nous avions pu les visiter et si les petits restaurants et leurs terrasses avaient été ouverts.

Direction Concarneau, nous n’avons pas pris le chemin le plus court car nous avons choisi de longer la côte au maximum pendant tout notre périple. Sur les conseils d’une amie originaire du coin, nous nous sommes arrêtés à Port-Manech pour une rapide balade, avec une magnifique vue de hauteur près du phare.

Nos deux prochaines étapes nous ont aussi été conseillées par notre amie. Nous sommes très contents de nous y être arrêtés. Ça valait le détour et sans ces conseils, nous les aurions peut-être manquées ! Alors à mon tour aujourd’hui de te les conseiller si tu passes par-là.

D’abord, nous sommes allés voir les chaumières de Kerascoët. Nous avons fait une bonne balade autour de ce petit village aux airs d’antan jusqu’à une petite chapelle. Nous avons croisé un habitant qui a gentiment proposé de nous offrir du basilic frais de son jardin. C’est si agréable de retrouver un contact humain, un peu de générosité et du bonheur dans les choses simples.

Ensuite, nous nous sommes envolés vers la plage de Tahiti, eaux turquoises et sable blanc. Si cette tournure est pour la blague, c’est bien le vrai nom de cette plage à Névez. On ne voulait pas rater cette étape, juste pour pouvoir dire qu’on est allé à Tahiti. Comme quoi, pas besoin d’aller très loin pour faire rêver ! Peut-être qu’un jour, j’aurai l’occasion de comparer…

Autour de Quimper : de Concarneau à Douarnenez

Enfin, nous voilà de retour à la civilisation à Concarneau. Après un déjeuner face au port, nous avons visité la ville close. Rues pavées, maisons en pierre, à colombages et remparts, tout un charme dans l’ancien. Confinement oblige, tous les magasins étaient fermés. Aucun doute que des boutiques ouvertes auraient donné un peu plus de vie et accentué le charme de cette ancienne ville. Ce n’est pas très loin de là où vit ma belle-famille (à peine 2h) donc j’aurai plaisir à y retourner à la belle saison ! En plus, il y a des départs vers les îles de Glénan. Ça sera l’occasion car c’est un archipel magnifique, que nombre de mes amis bretons m’ont conseillé !

Fin de notre deuxième journée, nous nous sommes arrêtés à Bénodet pour la nuit avant de reprendre la route le lendemain matin sur le sentier côtier jusqu’à Audierne puis direction Plogoff et la Pointe du Raz. C’est un peu bateau de dire ça mais j’ai eu la preuve que dans un périple, le trajet peut compter autant que la destination. Si on avait pris la route principale, on aurait peut-être gagner du temps mais on se serait privé de magnifiques vues sur l’océan.

J’ai bien aimé le petit village de Plogoff. Nous nous sommes arrêtés pour y manger face au port puis nous avons visité la biscuiterie de la Pointe du Raz. C’était ouvert malgré le contexte et nous avons pu visiter l’atelier avec un masque derrière des verrières. Malheureusement, nous sommes arrivés un peu tard et la fabrication pour la journée était terminée mais le parcours est bien fait et les explications sont très claires. Grâce aux illustrations, nous avons pu voir comment étaient fabriqués les galettes et les palets bretons. On s’est laissé tenter et on a ramené pas mal de souvenirs gourmands pour nous et pour nos familles. Si tu veux voir la fabrication des biscuits, je te conseille de faire cette étape le matin.

Nous avons enchaîné avec les paysages à couper le souffle lors d’une petite randonnée à la Pointe du Raz, dignes d’un décor de cascades pour le cinéma ou de la côte sauvage d’un pays exotique. Magnifique vue sur les eaux bleues de l’océan du haut des rochers et promenade sur les sentiers rendue agréable grâce à ces petites fleurs jaunes à l’odeur de noix de coco. Pour l’anecdote, pendant plusieurs jours, lors de nos balades je me demandais quelle était cette odeur que je semblais connaître mais sur laquelle je n’arrivais pas à mettre un nom. La curiosité étant trop forte, me voilà en train de rechercher « fleurs jaunes Bretagne » sur Google. C’est comme ça que j’ai découvert que ces fleurs jaunes que l’on croisait partout, les ajoncs, étaient un emblème de la Bretagne et dégageaient une subtile odeur de noix de coco. L’impression en pleine nature d’être en train d’appliquer un soin à l’huile de coco sur mes cheveux, c’est assez perturbant mais pas désagréable.

Enfin, nous avons passé la nuit à la Pointe du Millier, où nous avons admiré un magnifique coucher de soleil, bien que les vêtements d’hiver eussent été de rigueur (manteau, cache-oreilles et gants) !

Nous sommes arrivés à Douarnenez le quatrième jour, ambiance petit village et maisons colorées et balade sur le port.

Les pointes du Cap de La Chèvre

Sur la route vers Crozon et le Cap de la Chèvre, nous nous sommes arrêtés dans le village historique de Locronan. Net contraste avec les maisons colorées de Douarnenez, bâtiments en pierre et temps grisonnant, l’impression d’être plongés dans une autre époque.

Nous avons ensuite repris la route vers Crozon, où nous avons mangé avant d’aller se balader sur le Cap de la Chèvre. En regardant la carte et avec un peu d’imagination, c’est assez facile de comprendre pourquoi ce nom et je trouve ça plutôt rigolo. Nous n’avons pas pris le temps de faire les 3 pointes principales. Nous nous sommes surtout baladé autour de Camaret-Sur-Mer et de la Pointe du Pen-Hir, dans un décor tout aussi impressionnant qu’à la Pointe du Raz. Nous avons aussi croisé quelques menhirs, signes de rites celtes anciens et très intrigants.

De Kerlouan à la baie de Morlaix

Cette dernière étape du Finistère est l’une de mes préférées. Sur les conseils d’un collègue breton, nous nous sommes arrêtés à Kerlouan où nous avons passé la nuit. Encore une fois, nous ne nous serions jamais arrêtés ici par hasard… Comme quoi, il faut toujours écouter les locaux ! Que de bons conseils. J’ai adoré cette plage et tous ces rochers échoués. J’ai trouvé le décor un peu mystique, c’est bizarre à expliquer mais j’ai ressenti quelque chose de particulier.

Nous nous sommes enfoncés un peu plus dans les rochers en visitant le site classé de Meneham, ancien village de pêcheurs aujourd’hui à l’abandon, entre toits de chaumes et rochers impressionnants. Pour la petite anecdote, c’est un lieu très spécial pour le collègue qui nous a recommandé la visite car son grand-père faisait partie des derniers habitants du village avant qu’il ne soit classé et réservé au tourisme de mémoire suite à sa disparition. Il y a passé son enfance et nous a raconté ses souvenirs. Ça a donné une autre valeur à notre excursion, comme si nous faisions partie d’un cercle restreint de chanceux qui connaissent les secrets et les histoires de vie qu’une majorité de visiteurs ne soupçonne pas.

Après une pause déjeuner à Roscoff, nous avons de nouveau apprécié le trajet, sur la route de la Corniche entre Carantec et Morlaix pour nos derniers moments dans le Finistère.

Côtes d’Armor : de la côte de granit rose à Saint-Brieuc

Le meilleur pour la fin… Comme si c’était écrit. Notre passage dans les Côtes d’Armor a été assez bref par manque de temps puisque nous étions déjà à notre avant-dernier jour de voyage. Mais nous n’avons pas moins apprécié ces étapes, au contraire ! Nous nous sommes principalement baladé sur la côte de granit rose, entre Trébeurden et Perros-Guirec. Nous nous sommes installés pour la nuit sur la Pointe du Bihit, où nous avons admiré un splendide coucher de soleil dans les hauteurs. Il faisait encore un peu froid mais armés de nos manteaux d’hiver, nous n’avons pas pu résister à faire un pique-nique devant ce spectacle de la nature.

Le lendemain, nous sommes descendus sur le port de Trébeurden et nous avons fait une petite balade autour du rocher du Père Trébeurden, face à l’Île Milliau, accessible à pied en fonction des marées (mais attention à ne pas se laisser piéger !). Pour être honnête, à cette étape du parcours, on avait déjà près de 40km de marche au compteur et nous commencions à fatiguer. C’est pourquoi nous avons fini tranquillement et n’avons plus fait de grandes randonnées. Mais si ça t’intéresse, il y en a une de 19km au départ du rocher du Père de Trébeurden.

Ensuite pour notre dernier jour, nous avons fait un petit tour de l’île Grande, accessible par voie terrestre via un pont, avant de passer rapidement près de Trégastel. Enfin, nous voulions visiter Ploumanac’h, classé parmi les plus beaux villages de France mais les lieux étaient inaccessibles en camping-car. Il fallait se garer sur un parking payant situé à une quinzaine de minutes à pied. Nos jambes nous ont dit non et nous avons passé notre chemin puis repris la route jusqu’à Saint-Brieuc pour notre dernière nuit. Nous avons dormi dans les hauteurs de Saint-Laurent-Sur-Mer, avec une jolie vue sur la baie de Saint-Brieuc. Le lendemain matin, nous avons visité le centre historique et parcouru le grand marché matinal de produits frais avant de reprendre la route vers notre point de départ.


La Bretagne regorge de paysages magnifiques et de côtes aux eaux turquoises. Nous avons adoré cette semaine de découverte et ne pouvons que conseiller ce type de parcours ! Bien sûr, chaque périple sera différent car il y a des pointes, des criques et des plages par millier. Même si nous avons vu beaucoup de choses et fait beaucoup d’étapes en une semaine, nous avons eu le sentiment que c’était un peu court. Nous aurons plaisir à réitérer l’expérience ! Nous avons aussi grandement apprécié le calme dû à la période (une semaine en plein mois de mai, hors vacances scolaires).

J’espère que ça t’a plu de (re)vivre ce voyage avec moi. Reste connecté.e, une vidéo arrive bientôt sur mon Instagram pour encore plus d’images !

Tu as déjà visité la Bretagne ? Quelles étapes conseillerais-tu ?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s