Mercredi Séries : Le Serpent

J’ai aimé cette série, autant que j’ai détesté le personnage et autant qu’elle m’a angoissée…

Curieusement, je n’avais jamais entendu parler de cette histoire… Alors que d’autres tueurs en séries ont déjà vu leurs méfaits retracés à la télévision et au cinéma. Je pense notamment à Jacques Mesrine, à peu près à la même époque, popularisé par une production dans les années 2000 avec deux films sortis en salles.

C’est toujours un peu bizarre de mettre en avant des tueurs en série, ça peut générer une sorte de curiosité malsaine. Mais d’un sens, je trouve ça très bien de mettre en garde sur certains dangers, de mettre en lumière ce qui a pu arriver aux victimes et parfois de rétablir la vérité. Pour moi, c’est aussi un hommage à la mémoire des victimes, pour ne pas oublier comment et pourquoi leur vie s’est arrêtée de manière aussi brutale que prématurée. Bien sûr, c’est une fiction donc c’est toujours à prendre avec du recul. Netflix a d’ailleurs choisi d’avertir son public à chaque début d’épisode avec ce message :

Cette série s’inspire de faits réels. Certains noms et faits ont été modifiés pour le besoin du récit et par respect pour les familles des victimes. Les dialogues sont pures fictions.

Pour te remettre un peu dans le contexte, la série retrace l’histoire de Charles Sobrahj, un homme franco-vietnamien installé en Thaïlande et commettant des meurtres dans toute l’Asie dans les années 1970. Habitué à droguer les jeunes voyageurs en quête de découverte et d’aventure pour leur soutirer argent et objets de valeur, il était accompagné de deux complices, une québécoise du nom de Marie-Andrée Leclerc et un jeune indien prénommé Ajay. Tous trois utilisaient des pseudonymes et se servaient des papiers d’identité volés pour se déplacer librement.

Leur traque commence quand un diplomate néerlandais recherche des informations sur un couple de concitoyens venu en vacances et ne donnant plus signe de vie à leurs familles. Épisode après épisode, Herman et sa femme Angela sont confrontés au manque de moyens et d’intérêt de la police thaïlandaise à lancer une enquête sur un couple d’européens disparus. Leurs soupçons n’étant pas pris au sérieux, ils commencent eux-mêmes à investiguer et rencontrent Nadine et Rémi, un couple de français, voisins et amis de l’escroc meurtrier.

Cette série se déroulent en 8 épisodes d’environ une heure chacun. Encore une fois, cela prouve l’intérêt du public pour les mini-séries et leur succès ! Les épisodes s’enchaînent sans lassitude d’attendre indéfiniment le dénouement dans la prochaine saison. Le téléspectateur trouve les réponses à ses questions mais cela n’empêche pas de bien doser le suspense ni de proposer un fin ouverte pour envisager une suite.

Les épisodes s’articulent entre les différents lieux et périodes de vie des personnages, de Paris à Bangkok en passant par le Népal et autres petits pays d’Asie. Au fur et à mesure, la découverte d’évènements antérieurs nous permet d’établir des liens avec leur présent et de mieux comprendre certaines situations, notamment comment Marie-Andrée Leclerc est devenue Monique, femme d’Alain Gautier, vendeur de pierres précieuses.

En avançant dans la saison, j’étais partagée entre poursuivre pour connaître le sort des personnages mais aussi une certaine angoisse car l’intrigue est de plus en plus sombre. Peu de séries m’ont autant secouée… En termes de violence dans les images, c’est supportable car généralement plus suggéré que montré.

J’ai été fascinée par la ténacité du diplomate Herman Knippenberg qui veut prouver envers et contre tous la présence d’un tueur en série dans sa ville. Mais les rôles qui m’ont le plus marqués sont ceux de deux femmes. D’abord, j’ai beaucoup aimé le caractère d’Angela, femme du diplomate, aussi déterminée mais plus entêtée et avec sa façon bien franche de dire les choses. Elle fait aussi preuve d’un soutien sans faille pour son mari jusqu’au bout et le porte parfois. Ensuite, j’ai ressenti beaucoup d’empathie pour Monique alias Marie-Andrée. Bien qu’elle soit impliquée dans les crasses de son compagnon, elle est prise au piège et sa personnalité complexe à la limite de la schizophrénie l’aide à se forger une carapace.

Jenna Coleman est d’ailleurs magnifique dans ce rôle, elle faisait passer beaucoup d’émotions dans le regard. Avec mon copain, on a tous les deux trouvé au début qu’elle avait un faux air de ressemblance avec Selena Gomez. En réalité, elle ressemble encore plus à la véritable Marie-Andrée Leclerc, c’est glaçant… J’ai été bluffée en voyant les photos à la fin du dernier épisode ! T’en penses quoi ?

A gauche, Marie-Andrée Leclerc ; à droite, Jenna Coleman dans le rôle de Marie-Andrée Leclerc

Avec Tahar Rahim dans le premier rôle, acteur français retraçant l’histoire d’un français, je pensais vraiment que la série était une production française. Mais en fait, elle est produite par la BBC et mélange acteurs français et britanniques. Par exemple, Mathilde Warnier et Grégoire Isvarine qui jouent le couple de Nadine et Rémi sont aussi français, mais le couple Knippenberg ou encore les personnages d’Ajay et de Monique sont interprétés par des acteurs britanniques.

Par contre, il n’y a pas d’explication claire ni de référence à l’intitulé « Le Serpent ». Je pensais qu’on aurait su pourquoi le tueur en séries était surnommé ainsi. Après quelques recherches, il semblerait qu’il doit son surnom à sa capacité de manipulation, de s’immiscer dans différents rôles et d’échapper à la police.

J’ai été pas mal inspirée pour cette revue ! J’ai essayé de ne pas trop en dire tout de même pour te laisser le plaisir de regarder. En résumé, j’ai beaucoup aimé et je te conseille vraiment la série. N’hésite pas à me donner ton avis en commentaire si tu l’as vue 😉

2 réflexions sur « Mercredi Séries : Le Serpent »

  1. bonjour, comment vas tu? merci pour la découverte. j’avais entendu parler de cette série mais je ne m’y suis pas intéressée plus que cela. par contre ton article me donne bien envie de me lancer. je l’ajoute à ma wishlist. passe un bon jeudi et à bientôt!

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s